22 oct. 2011

Journée Mondiale du Bégaiement : quoi de neuf, Docteur ?

A l'occasion de la Journée Mondiale du Bégaiement, la phoniatre et spécialiste du bégaiement Marie-Claude Monfrais-Pfauwadel a accepté de répondre aux questions posées par les «blogueurs du bégaiement» : Alexandre (Parole de Bègue), Bérenger (jebegaie.com), Cédric (Le Cédriblog), Jérôme (Au Royaume des Muets), Olivier (Un Olivier sur un iceberg) et moi-même.

Marie-Claude Monfrais-Pfauwadel est une spécialiste mondialement reconnue du bégaiement. Elle est membre fondatrice de l'International Fluency Association et a créé le premier Centre de Consultation du Bégaiement, aujourd'hui situé à l’Hôpital Européen Georges Pompidou. Elle est régulièrement invitée à la radio et à la télévision pour apporter son expertise et est notamment très impliquée dans toutes les recherches faites autour du bégaiement (bon, j'arrête là mon numéro de bateleur de foire... mais c'était juste histoire de dire que ça peut être intéressant de l'écouter).

Chaque blogueur a donc choisi 2 ou 3 questions, en fonction de sa sensibilité mais aussi de ce que peuvent lui remonter ses lecteurs. Vous trouverez les miennes ci-dessous. Pour voir les autres, allez faire un tour sur les autres blogs (c’est le jeu de piste de la JMB) !


Marie-Claude, de nombreuses annonces ont été faites ces dernières années sur la recherche sur le bégaiement et l’on a le sentiment que les choses bougent. En est-il de même pour les thérapies ? Avez-vous perçu une évolution majeure ces dernières années ? Est-ce que des nouvelles thérapies sont apparues ou en train d'émerger avec des résultats encourageants ?

Effectivement les choses bougent, et de nouvelles tendances apparaissent ou s’affirment, aussi bien en matière de thérapies qu’en matière de prise de conscience dans le grand public.
J’y vois plusieurs raisons possibles :
- les nouvelles découvertes en neurologie du bégaiement et en génétique. C’est la fin – allez, on va dire la diminution - du dogme du « tout psychologique » dans les causes du bégaiement. On assiste à la fin des surinterprétations… enfin j’espère.
- l’amélioration de la formation des soignants- même s’il reste encore beaucoup à faire, mais, avec la création d’un DU, ceux qui choisissent d’améliorer leur formation peuvent le faire
- la meilleure diffusion de l’information par les associations et la création de sites dédiés…mais on ne peut pas en dire autant des médias
- les blogs et les bloggeurs qui sont devenus les sentinelles, ceux qui sonnent l’alarme et jouent le rôle du « taon dans la cité ».

Les patients sont d’ailleurs devenus plus exigeants – et la culture du résultat fait que l’on recherche l’efficacité en pensant qu’il suffit de réparer. Ça, c’est un effet pervers de l’information au public…

L’offre thérapeutique doit être diversifiée pour que le thérapeute puisse puiser dans son coffre aux trésors ce qui sera le mieux adapté à son patient. Il faut aussi qu’il sache évoluer avec le patient et puisse lui proposer de nouveaux abords lorsqu’il sera prêt pour cela.

Enfin la meilleure connaissance de la neurophysiologie du bégaiement fait entrevoir qu’une approche pharmacologique dédiée pourrait être possible, et les surprises pourraient venir de ce côté-là.

Si votre enfant bégayait, comment réagiriez-vous et vers qui l'orienterez-vous ?

Mon propre fils a bégayé vers l’âge de trois-quatre ans et nous avons été voir un médecin phoniatre qui nous a bien aidé à calmer le jeu. Le bégaiement a cessé en quelques mois. Le dit enfant est maintenant lui-même Papa…et continue à écrire comme un cochon (1/3 des enfants bègues ont des problèmes de coordination motrice ou globale ou plus fine, dont les dysgraphies) – mais traitements de texte et tablettes font que cela ne lui nuit guère.

Je referais la même chose : en parler ouvertement tout de suite et consulter une personne compétente. Nous nous en sommes tous portés mieux.

Merci Docteur ! Pour les réponses aux autres questions (incidence du bégaiement des parents sur celui de l'enfant, formation des orthophonistes, assumer ou combattre son bégaiement, programme Lidcombe...), rendez-vous sur :

Parole de Bègue
Un Olivier sur un iceberg
Le Cédriblog
Jebegaie.com
Au Royaume des Muets

Pour télécharger l'intégralité des réponses aux questions des blogueurs, vous pouvez aussi cliquer sur ce lien (fichier PDF).

Et vous pouvez aussi relire ou découvrir sur ce document les réponses déjà apportées par le Dr Monfrais-Pfauwadel en 2009.

N'hésitez pas à réagir et à poser d'autres questions si vous le souhaitez !

Laurent

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo aux blogueurs pour cette série de questions pertinentes, auxquelles MCP a bien répondu. Merci pr la mise en ligne
sopsch (personne qui bégaie)

Laurent L. a dit…

Merci Sopsch, je crois que c'est la 1ère réaction à cette interview ! Je ne sais pas trop quoi penser...

Cédric a dit…

C'est en effet la 1ere réaction ! Merci Sophie :)

Faut-il en penser autre chose qu'on ne trouve pas à dire (ou à redire) à tous les articles que nous publions ?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails
Une erreur est survenue dans ce gadget