22 avr. 2014

Les 9 marches du succès (suite) : s'informer et s'entourer

Coucou ! Comme promis, me voici de retour pour vous présenter deux nouvelles étapes du PASSEPORT vers la fluidité, celui qui a permis à de nombreuses personnes de franchir les frontières du bégaiement. Dans le précédent article, nous avons vu les deux premières lettres : la Prise de conscience et le A de Assumer/Accepter.

A propos d’acceptation, je vous renvoie vers l’article que j’avais consacré à cette étape essentielle. Parce que bon, eh oh ! Je ne vais pas bégayer mes articles, non plus ! Cela nous permet de passer tout de suite aux 2 lettres suivantes du PASSEPORT :

P rendre conscience
A ssumer / Accepter
S’informer
S’entourer
E
P
O
R
T


Je bégaie depuis l’âge de 6 ans et le bégaiement a toujours été au centre de ma vie. J’ai grandi avec lui, il m‘a fait souffrir et je l’ai laissé piloter une bonne partie de mon existence.

7 févr. 2014

Mon passeport vers la fluidité : les 9 marches du succès

Cette année, Goodbye Bégaiement fêtera ses cinq ans et il est temps de conclure.

Au départ, mon objectif était simple : écrire le blog que j’aurais voulu lire, un joyeux bric-à-brac où dénicher des histoires constructives et positives, loin de toute querelle et prise de tête, avec une petite musique rigolote pour alléger l’ambiance et éviter de se prendre trop au sérieux

Depuis, j’ai beaucoup lu, écrit et surtout relayé les témoignages de personnes qui s’en étaient sorties. C’était mon objectif : montrer qu’il existait des solutions et surtout des gens qui se libéraient de l’emprise du bégaiement ; loin des déprimants et résignés « on reste bègue toute sa vie » et « chaque bégaiement est unique ».

Mais en postant le 1er article, le 18 mai 2009, je ne pensais pas que cela changerait à ce point ma vie. Que cela m’amènerait à écrire plus de 160 articles, à traduire et éditer deux livres américains, à être invité à parler de mon expérience du bégaiement devant un public, à participer à une émission de radio, à répondre aux questions d’un journaliste avec une caméra sous le nez, à faire des centaines de rencontres et à tisser des liens parfois émotionnellement forts avec d’autres personnes touchées par le bégaiement un peu partout dans le monde…

La création de ce blog m’a transformé et a eu des répercussions positives sur ma vie familiale, sociale et professionnelle. Le résultat c’est une manière complètement différente d’appréhender la vie, la certitude que tout est possible, que toute aventure commence par un premier pas, que chaque porte poussée ouvre un nouvel horizon et que nos seules limites sont celles que nous nous fixons.

Mais le plus important, c’est que je peux désormais, pour la première fois de ma vie, décider de dire vraiment « Goodbye » à celui qui m’accompagne depuis mon enfance.

« Lui », c’est le mot « Bégaiement », ces 3 syllabes que j’ai lues, prononcées et écrites des milliers de fois depuis 5 ans. Je peux choisir de continuer ma route sans lui.

Je ne vais pas vous dire complètement « Goodbye » car j’ai encore d’autres projets en cours. Mais pour le blog, une chose est sûre, tellement sûre que je vais me répéter : il est  temps de conclure.

Alors, avant de tourner cette nouvelle page, je voulais partager avec vous ce que j’ai retenu de l’aventure, de mes rencontres et de mes lectures. C’est mon PASSEPORT vers la fluidité. Il me reste quelques articles pour vous le présenter. Chaque lettre de ce « P A S S E P O R T » est l’initiale d’une étape décisive dans le chemin vers la liberté de parole. Ce sont les 9 marches du succès. Quelle que soit votre « technique » ou « méthode », que vous choisissiez de passer par l’orthophonie, la méditation, la relaxation, la méthode d’un ancien bègue, la trucmuchethérapie, un livre d’auto-thérapie ou la danse mystique, je sais maintenant que ces 9 étapes jalonneront votre route vers la liberté de parole.

Alors... Commençons aujourd'hui par les deux premières.

12 déc. 2013

Les sorcières du bégaiement


Elles se réunissent chaque soir en ricanant, heureuses d’avoir saboté la journée d’une personne qui bégaie. Elles ne cessent de chanter à votre oreille, sirènes maléfiques, pour précipiter le naufrage de votre parole et de votre confiance.

Ce sont vos principales ennemies, celles qui se dressent sur votre route vers la Fluence et vous devez apprendre à les chasser, quitte à leur donner un bon coup de balai sur la tête.

Dans cet article, je ne vais pas vous les présenter : vous les connaissez. Je vais juste vous demander de me suivre pour les observer d’un peu plus près…afin de mieux les combattre…

Qui ? LES SORCIERES DU BEGAIEMENT !!!
(Eclair fracassant ! Volet qui claque, ombres dans la nuit. Brrr…. Ce post est à lire un soir d’orage, dans une maison vide, à la lueur d’une chandelle, à côté d’une fenêtre qui grince…).

La plupart des citations de l’article sont issues du livre « Conseils pour ceux qui Bégaient »,  que j’ai traduit avec l’aide de Richard Parent, mon complice québécois. Pour rappel, les 28 contributeurs de cet ouvrage sont des thérapeutes américains du bégaiement ayant eux-mêmes bégayé.

Allez, zou ! Prenez vos flambeaux et suivez-moi, nous descendons dans la crypte.


9 déc. 2013

Le Cercle très privé des personnes qui bégaient.

Je suis heureux de vous annoncer la création du groupe fermé Facebook « Le cercle très privé des personnes qui bégaient.»


Un groupe fermé signifie que seuls ses membres peuvent voir ce que vous y postez. C'est Burt qui m'a fait cette proposition de créer un groupe de ce type pour le bégaiement, car il anime déjà un groupe anglophone similaire « The Stuttering Arena » qui marche très bien avec près de 2 000 membres inscrits.

Burt (qui est français) est parti du constat que certaines (de nombreuses ?) personnes qui bégaient ne souhaitent pas partager avec tout le monde des propos qui peuvent être très personnels. Un groupe fermé vous permettra donc d’intervenir sans que vos « amis » Facebook, et a fortiori d’autres personnes, puissent voir ce que vous écrivez. Burt m'a convaincu que ce principe libère beaucoup la parole. J'avoue que j'hésitais un peu à participer à l'aventure car je pensais que cela allait dans le sens de la dissimulation du bégaiement. Pourtant, ce soir, après seulement quelques heures d'existence, je dois le reconnaître : Burt avait raison ! Les 40 premiers membres ont déjà plus interagi que l'ont fait en 1 an les 1 400 personnes qui "aiment" la page Goodbye Bégaiement ! Impressionnant ! Chacun se présente, réagit au quart de tour au sujet lancé, partage son expérience, le tout dans un état d'esprit très positif et constructif : un vrai bonheur. Et je pressens que de belles amitiés vont se lier aussi sur ce nouveau réseau.

Pour l'instant, il y a 3 administrateurs : Burt, Bérenger (du blog jebegaie.com) et moi-même.

Il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous puis sur « rejoindre ce groupe » pour vous inscrire. Rejoignez le "Cercle très Privé des Personnes qui Bégaient" !

A tout de suite, j'y retourne !

Laurent

7 nov. 2013

Le désintégrateur de blocage

Lorsque j’étais gamin, je portais accrochée à ma ceinture une pochette en jeans pleine d’outils indispensables pour mes explorations du fond du jardin : de la ficelle, un canif même pas rouillé, des ciseaux et une aiguille piqués dans le panier à couture de ma mère, une pièce de 5 francs… Ainsi paré, je pouvais partir confiant à l’aventure, prêt à affronter les dangers effroyables qui se dresseraient sur ma route. 

Pour affronter les situations de parole qui vous font peur, c’est le même principe. Il ne suffit pas d’oser, de boire un coup de gnôle et de se tambouriner le torse avant de partir à l’assaut. Le courage ne suffit pas et, sans un minimum de préparation, vous risquez de vous faire dézinguer au premier obstacle.

10 oct. 2013

Journée Mondiale du Bégaiement : l'information est la première étape de la guérison !

Oyez ! Oyez ! Le 22 octobre a lieu la journée mondiale du bégaiement.

Cette journée a deux objectifs :
- Donner de l’information et de l’espoir aux personnes qui bégaient et à leurs proches
- Sensibiliser le grand public, les enseignants et les employeurs pour mieux comprendre ce qu’est le bégaiement et savoir comment réagir face à une personne qui bégaie.

Pour atteindre ces objectifs, il faut que chacun s'implique pour qu’un maximum de personnes soient sensibilisées. Vous pouvez donc contribuer à cet événement de 2 façons :
- en participant aux manifestations organisées près de chez vous   (voir la liste ici)
- en diffusant largement de l’information autour de vous.

Pour cela, j’ai essayé de répondre aux principales questions que peut se poser le "Grand Public" :
- Qu'est-ce que le bégaiement ?
- Pourquoi une journée mondiale de sensibilisation ?
- Qu'est-ce qu'on ressent quand on bégaie
- Comment puis-je aider une personne qui bégaie ?
- Est-ce qu'il existe des solutions et où trouver de l'information ?

Cette page évoluera bien sûr au fur et à mesure de vos remarques ou suggestions, il vous suffit juste de laisser un commentaire.

L’objectif est de diffuser ce lien au maximum dans les jours qui vont précéder le 22 octobre : blogs, Facebook, e-mail, affichage, écoles… Diffusez, distribuez, faites tourner : Faites du bruit ! Je compte sur vous !

1 oct. 2013

Ces mots qui nous font peur… Ou comment apprivoiser vos tigres.

Lorsque vous bégayez, vous savez que certaines lettres ou syllabes ne sont pas vos amies. 

Vous avez l’impression d’être dans un jeu vidéo où des aliens vindicatifs surgissent sur votre chemin de parole. Vous choisissez de les combattre ou de les éviter et cela freine votre progression tout en pompant votre énergie. 

Certains redoutent les « P » ou les « K », d’autres les « N »… Pour moi, cela a longtemps été la lettre "A", ce qui explique pourquoi, lorsque la mère m'envoyait chercher de l'"Ajax", je revenais avec... du "Mir". 

Pour Jane, c’est le « S » : « Je me bats sur les mots qui commencent par « s » comme succès, sérieux, souvent… En y pensant, je réalise maintenant que ces mots me mettent particulièrement mal à l’aise parce si vous bégayez sur le son « s », vous produisez un sifflement et je trouve ça très embarrassant. Et comme j’essaie d’éviter cette gêne, je me retiens de sortir ce son. C’est la même chose avec les mots comme « financièrement » : j’ai peur que si je reste bloqué sur le «f », le son répété et prolongé va finir par exploser. Est-ce que quelqu’un rencontre le même problème et pour ceux qui l’ont surmonté, comment gérer vous ce genre de mots ? » 

Et bien Jane, moi Laurent donner réponses à toi. Le temps de trouver une liane, un slip léopard pas trop moulant et YOOOOOHHHHOHHOHIIIIIHOOOO, c’est parti !!! En route pour de nouvelles aventures au pays de la fluidité !

1 août 2013

Bienvenue dans le monde du bégaiement

Phil est Directeur de la Rédaction de deux journaux américains « The Observer Tribune » et le « Mount Olive Chronicle ».

Bon… Je sais… Laminé par la canicule et votre époustouflante prestation scénique de la nuit dernière au Macumba Night, vous daignez à peine lever une paupière pour lâcher : « Et alors ? »

Et alors ? Phil ne bégaie pas… Mais il est le papa d’un garçon qui bégaie. Ah ! Ca devient intéressant, non ?

Et si je vous dis que Phil a profité de la tribune de son journal pour expliquer à ses lecteurs ce que peut être la vie d’une personne qui bégaie ? Ah ! Ah ! Vos deux paupières se soulèvent, la curiosité pétille dans votre regard et vous oubliez les boums boums de DJ Lionel qui vous fracassaient encore la tête il y a quelques instants.

Alors bonne lecture !

Laurent

15 juin 2013

Lettres d'un papa qui bégaie à sa fille

Récemment, une amie ortho m’a passé une commande : « tu devrais écrire un article sur les papas bègues qui ont des enfants qui bégaient. »

De ma propre expérience et des échanges que j’ai pu avoir avec des bègues futurs papas, j’avoue que c’est une hantise courante : que notre enfant bégaie lui aussi.
Cependant, à la réflexion, je pense que c’est une chance pour un enfant bégayant de tomber sur un père ou une mère capable de comprendre ce qu’il vit. Comme le dit joliment un papa : « Si le bégaiement doit atterrir devant une porte, ne vaut-il pas mieux que ce soit devant la mienne ? »
«J’en suis convaincue », m’a répondu mon amie, « mais je connais le père d’un petit patient qui fait des bonds lorsque j’essaie de lui expliquer cela… »

Je suis donc parti à la recherche de témoignages sur le sujet et je suis tombé sur une petite pépite… Ou plutôt 7 pépites. Ce sont des lettres écrites par Tom, un américain qui bégaie, à sa fille de 10 ans qui bégaie elle-aussi (j’ai l’impression d’écrire « bégaie » tous les 3 mots avec ce satané sujet d’article !) Et je me suis dit qu’il fallait absolument que je vous les traduise parce qu'elles débordent d’amour, d’intelligence et de sensibilité.

Elles ont été écrites entre avril et juillet 1998 et je ne sais pas ce que sont devenus Tom et sa fille. Cette dernière a 25 ans… Et quelque chose me dit que c’est une bonne chose que le bégaiement ait choisi de frapper à la porte de Tom…

Voici donc la traduction de ces 7 lettres d'un papa qui bégaie.

Bonne lecture.

Laurent

3 juin 2013

Téléchargez gratuitement "La parole est un fleuve" : 216 pages étonnantes !

L’été approche (si, si…) et vous allez bientôt faire connaissance d’un bel inconnu qui vous accompagnera dans votre hamac, votre lit ou votre transat pour vous donner de délicieux frissons… 

Je veux bien sûr parler de votre Bouquin de l’Eté.

Voici donc mon conseil lecture. Oubliez le dernier "Marc Coben" et précipitez-vous sur le nouveau "Richard Parent." Notre prolifique ami québécois vient en effet de nous livrer sa dernière traduction : 216 nouvelles pages à télécharger et déguster gratuitement, celles du livre de Ruth Mead  «La parole est un fleuve » (Speech is a River), dont je vous avais déjà parlé. 

Ruth Mead est une pétillante et délicieuse américaine qui a écrit l’an dernier ce livre étonnant où elle raconte comment son bégaiement a disparu. Ce livre est étonnant parce qu’il va à l’encontre des thérapies de « modification du bégaiement » ou de « façonnage de la fluence » qui encouragent à "travailler" sa parole. Pour se libérer de 30 ans de bégaiement, Ruth a en effet mis en place le procédé inverse en partant de 3 observations, que la plupart d’entre nous ont d’ailleurs sans doute déjà faites :

1) Les personnes qui ne bégaient pas ne pensent pas à leur parole et ne cherchent pas à la contrôler. Elles ouvrent la bouche et laissent le flot couler sans prêter attention à la manière dont elles vont former leurs mots.

2) Lorsque Ruth était seule ou dans certaines autres situations, elle était capable de connaître cette fluidité naturelle. Elle était donc capable de parler « normalement ».

3) Plus elle essayait de contrôler sa parole, plus elle bégayait.

A partir de ces 3 observations, Ruth est arrivée à la conclusion que la parole coulait en toute autonomie, comme une rivière ou un fleuve (Speech is a river), et qu’il était vain et contre-productif de vouloir « pousser » l’eau pour qu’elle coule. L’eau coule, un point c’est tout ! Elle a donc décidé de faire confiance à sa capacité naturelle d’élocution et de ne plus laisser sa pensée consciente prendre les commandes. Elle a cessé d’anticiper et de réfléchir à la manière dont elle allait sortir ses mots. Et une chose pas si étonnante que cela s’est produite : sa rivière s’est remise progressivement à couler, sans rencontrer de résistance…

Comme le dit Ruth : « Je n’ai pas travaillé pour arrêter de bégayer. J’ai travaillé pour déblayer le canal afin que ma parole puisse couler facilement. »

Cette idée de fleuve qui s’écoule avait déjà rencontré certains échos lorsque j’avais traduit l’article de Ruth « Si votre rossignol ne chante pas. » 

De la part de Bérenger, par exemple : « Je m'étais déjà rendu compte qu'en arrêtant de penser à ma parole, et surtout à mes blocages, et en me concentrant sur le contenu de mon message plutôt que sur le contenant, la parole se faisait plus fluide. » 

Ce que confirmait Daniel : "C'est très étrange lors de mes premiers grands accès de fluidité :), j'ai justement ressenti une impression de fleuve s'écoulant sans retenue ... Alors cette métaphore et toutes les idées exprimées (le plaisir, la spontanéité, le non-contrôle, l'oubli de bégayer) rencontrent un très fort écho chez moi, tout comme la difficulté après coup à dire quels ont été le ou les éléments majeurs, ceux qui ont fait basculer de la parole bégayée (controlée) à la parole fluide (libre comme le Rossignol). »

L’orthophoniste américaine Barbara Dahm, spécialisée en bégaiement et membre fondatrice de l’International Fluency Association, lui a aussi consacré un article enthousiaste. Voici ce qu’elle dit :
« Elle a tout compris, tout compris ! » C’est ce que je ne cessais de m’exclamer tout au long de la lecture de « Speech is a river ». C’est vraiment le seul livre que je connaisse qui aborde en profondeur la fâcheuse tendance des personnes qui bégaient à anticiper, examiner, réfléchir à leurs mots avant de parler. C’est un livre que devraient lire toutes les personnes qui bégaient, ainsi que leurs amis et leur famille ! » 

Et la question que vous vous posez certainement est : « facile à dire mais comment faire pour laisser couler mon fleuve ? ». Eh bien, bande de veinards, voilà la bonne nouvelle : vous n’êtes plus qu’à un clic d’avoir la réponse.

Bonne lecture !

Laurent

Téléchargez gratuitement "La Parole est un fleuve" de Ruth Mead, traduction Richard Parent

Pour recevoir les prochains articles par mail, indiquez votre adresse ci-dessous

Entrez votre adresse email :


FeedBurner

Et n'oubliez pas de cliquer "J'aime" sur la page Facebook Goodbye Bégaiement pour suivre l'actualité positive du bégaiement

22 mai 2013

Faites vous entendre : montez le son !

«Pendant des années, j'ai baissé volontairement la voix dans certaines situations. Par exemple, si je parlais au téléphone et que quelqu'un s'approchait, je me mettais à parler plus bas. Je faisais cela parce que je ne voulais pas que cette personne m'entende, juste au cas où j'aurais pu bloquer.

Je parlais également automatiquement plus bas quand j'achetais un billet à un guichet de gare, quand je m'adressais à un employé de banque ou demandais un renseignement, lorsque je sentais que d'autres personnes pouvaient entendre la conversation.  C'était devenu une habitude...

13 mai 2013

"Des fois, je bégaie" en vente sur Amazon !

Bonne nouvelle ! Vous pouvez désormais commander le livre « Des fois, je bégaie » sur Amazon.

Pour rappel, ce livre s’adresse aux enfants de 7 à 12 ans en répondant à leurs principales questions sur le bégaiement et en dédramatisant très bien les choses.

Initialement édité aux Etats-Unis par la Stuttering Foundation of America, il a été écrit par Eelco de Geus, un orthophoniste néerlandais spécialisé dans le bégaiement et j'en ai assuré la traduction française. Le bouche à oreille est excellent et je reçois chaque semaine des commandes d’orthophonistes ou de parents d’enfants qui bégaient.

La vente sur Amazon va donc permettre d’augmenter sa visibilité et apporte quelques avantages supplémentaires :
- vous avez une remise de 5%, soit un prix de 7,60€, frais de port inclus (France Métropolitaine et Belgique),
- vous pourrez le recevoir même quand je suis en vacances :-),
- le format a été revu. Il est un peu plus grand (15,24 x 22,86cm) que le précédent avec une police plus grosse donc bien adaptée pour les enfants.

Pour ceux qui l’ont déjà lu et apprécié, vous pouvez donner un petit coup de pouce au lancement en laissant une évaluation et un commentaire sur le site d’Amazon. 

Si vous préférez régler par chèque ou Paypal et recevoir une petite carte de visite dédicacée ☺, la commande reste toujours possible via le blog en allant sur cette page. Je me ferai un plaisir de vous l’envoyer !

Merci de partager l’info !

Pour commander sur Amazon ou laisser un commentaire, cliquez ici.

Bises à tous.

Laurent

3 mai 2013

"Le grand B", poème de Cédric

Cédric a écrit un poème sur son bégaiement et m'a demandé si je pouvais le publier sur le blog. Je le fais avec plaisir.

Le grand B

Toi, grand B, pourquoi est tu là en moi
Tu vois je te tutoie tel un proche
Car malgré ma volonté, tu es en moi
Voici ce que je te reproche
Par ta faute mes rêves ont brûlé
Et mes dulcinées se sont envolées
Toutes mes paroles enfermées
Mes envies dilapidées
Ma confiance disparue
Je me sens seul et perdu
Mon avenir est en perdition
En moi il y a tant de questions
Il me reste un soupçon d’espoir
Dans ma vie tout n’est pas si noir
Je te dis : prends garde grand B
Car avec le soutien d’une alliée
Je te chercherai, je te trouverai
Je te comprendrai et tu pourras t'en aller

Cédric

9 avr. 2013

Les 9 types de bègues

Daniele Rossi, du blog « Stuttering is cool », a réalisé récemment un podcast sur les bienfaits thérapeutiques de l’auto-dérision.

Pour illustrer cela, il a rédigé avec quelques copains cette liste rigolote : les 9 types de bègues.

Je n’ai pas résisté au plaisir de la traduire et de vous la faire partager. Vous allez voir : les Schtroumpfs n’ont qu’à bien se tenir ! D’ailleurs, si quelqu’un a des talents de dessinateur, ça pourrait faire une excellente BD :-)

12 mars 2013

Entretien avec Yoann, "The Voice" des personnes qui bégaient

Il y a quelques semaines un frisson de plaisir a parcouru le petit monde du bégaiement. 

L’émission de télévision The Voice venait de révéler le talent de Yoann Fréget, un chanteur de Gospel qui a marqué les esprits par son interprétation magnifique d’une chanson de Whitney Houston et sa manière toute aussi magnifique d’assumer et de présenter son bégaiement. 

Grâce à sa personnalité étonnante et attachante, il est devenu instantanément l’un des chouchous du public et les media ont voulu en savoir plus sur son histoire.

Dès le départ, Yoann a parlé de manière très positive de son bégaiement et a envoyé des messages qui m’ont interpellé. Tout d’abord, lorsqu’il a déclaré juste après sa prestation : « je suis ici pour être moi-même. » puis dans une interview : « J’ai appris à me poser, à être davantage contemplatif, pas dans la frénésie permanente, j’ai réussi à prendre les choses avec détachement. »

J’ai donc eu envie d’en savoir plus et je l’ai contacté via Facebook. Le monde du bégaiement étant petit, il se trouve que Yoann connaît bien Sonia, la jeune étudiante ortho qui a témoigné récemment sur le blog et il a accepté très gentiment de répondre à mes questions. Il m’a également proposé de diffuser l’enregistrement audio de cet entretien. J’ai trouvé que c’était une excellente idée : voici donc le premier podcast du blog qui va permettre à Goodbye Bégaiement d'avoir lui aussi sa VOICE ! :-)

J’ai passé un excellent moment avec Yoann. C'est un plaisir de l'écouter et je pense que ses paroles et son expérience vont vous donner des pistes intéressantes... L’entretien se découpe en trois parties :
- l’enfance et l’adolescence de Yoann et l’évolution de son rapport au bégaiement.
- L’apport de la musique et du chant dans son voyage vers la fluidité.
- Les messages qu’il souhaite transmettre à ceux qui bégaient mais aussi à ceux qui ne bégaient pas. 

Je vous propose aujourd’hui de découvrir les deux premières parties.

Un dernier mot avant de vous laisser avec Yoann : samedi 16 mars, c'est le début des "battles", où les candidats vont "s'affronter" 2 par 2 et, à en juger par la bande annonce, il passera sûrement ce soir-là ! Pour prolonger le frisson, soutenir Yoann et montrer que le public l'adoooore, téléchargez sur ce lien son interprétation de « The greatest love of all ». Je l’ai fait et mes oreilles n’ont jamais été aussi détendues... 

Bonne écoute et n'hésitez pas à laisser vos commentaires : Yoann se fera un plaisir d'y répondre.

Laurent

Interview de Yoann : 2 premières parties (cliquez sur la flèche du lecteur).


Les messages de Yoann pour ceux qui bégaient... et ceux qui ne bégaient pas.
 La page Facebook de Yoann

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails

Cet article vous a plu ? Faites le savoir !