17 mai 2009

Pourquoi ce blog ?

Si vous cherchez des pistes pour apprivoiser votre bégaiement, vous êtes exactement la personne pour qui j’écris.

Les gens "normaux" ont dû mal à comprendre ce que ressentent les bègues et ils ne connaissent pas leur bonheur. Pouvoir dire ce que l'on pense, quand on veut à qui on veut : voilà un bien joli miracle.

J’ai passé une grande partie de ma vie à rechercher une parole fluide. Cela m’a permis de faire un grand voyage où j’ai rencontré des gens épatants et d’autres moins fréquentables.

J’ai testé beaucoup de méthodes plus ou moins sérieuses et j’ai connu de grands espoirs suivis de grandes déceptions. J’ai beaucoup lu, beaucoup essayé, beaucoup écrit et, au final, j’ai appris beaucoup de choses sur le bégaiement. Avec ce blog, je vais partager avec vous mes connaissances et mon expérience en espérant que vous trouverez ça et là des choses qui vous aideront.

Il n’y a pas de traitement magique mais un certain nombre de points communs dans les méthodes et thérapies. Vous trouverez donc ici des conseils qui m'ont été utiles pour libérer votre parole et ne plus laisser le bégaiement conduire votre vie.

Bonne lecture et merci d'avance pour vos commentaires et témoignages.

Laurent

24 commentaires:

David a dit…

1000 mercis, sincères mercis pour ton site, ton geste si sympathique

Laurent L. a dit…

Merci David !

David a dit…

Laurent, surtout pas de merci. Sincèrement, tous les MERCIS te reviennent.

Dans une autre rubrique tu parles du livre de Jack Menear, racontant l'histoire d'un bègue devenu non bègue (encore plus beau que les 7 bons numéros ;-) )mais ce livre est en anglais et comme surement beaucoup de bègues j'ai exclu les langues de mes matières apprises (j'ai pas dit suivies...)

Pourrais-tu stp nous en dire plus sur ce livre?

Et si on parcourt les trois merveilleux blogs français sur le begaiement (dont tu fais évidemment parti) et les nombreux forums et qu'on se rappelle notre vécu et les vécus des personnes que l'on a croisés on se rend compte qu'il existe bcp de stages payants, pas spécialement efficaces (j'ai dit spécialement !!!) et de livres (payants) sans véritables solutions.

As-tu ou pourrais-tu avoir une rubrique ou des bègues raconteraient leurs guérisons?

Encore merci à toi Notre Abbé Laurent (Blague peut être mais qui reflète parfaitement le bien que ton site fait aux bègues)

Laurent L. a dit…

Je suis très heureux que ce site puisse aider des gens. Merci beaucoup pour ton commentaire, David (mais Abbé Laurent, tu vas peut-être un peu loin !).
Pour Jack Menear, il s'agit en fait d'un article et non d'un livre. Tapha Sarr, un lecteur du blog (un grand merci à lui) m'a envoyé la traduction française du livre de John Harrison, qui contient justement la traduction de cet article. En fouinant un peu, j'ai trouvé un lien vers le PDF de ce livre de près de 300 pages. De quoi satisfaire ta soif de lecture ! Voici le lien. La traduction de l'article de Menear est page 83. Et encore merci à Tapha.

David a dit…

Stp tu as zappé "As-tu ou pourrais-tu avoir une rubrique ou des bègues raconteraient leurs guérisons? "

Sinon merci beaucoup pour le lien et pour ta grande réactivité.

Bonne continuation

Laurent L. a dit…

Bonjour David, je note la suggestion.

Anonyme a dit…

Merci beaucoup Laurent pour ton effort. Vos articles sont impressionnants. J'ai beaucoup appris de ce blog. Je trouve un grand soulagement en le fouillant.
Bonne continuation.
#Bacem#

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je voulais simplement témoigner et prouver qu'on peut guérir entièrement d'un bégaiement! De mon point de vue, ça se déclare lorsqu'on a un trouble psychologique et des situations vécues comme stressantes au sein de notre famille. Cela a commencé lorsque j'avais 10 ans et cela a duré pendant 4 ans. J'ai été suivie par une logopède et une psychologue (chaque semaine) pendant 2 ans sans résultats. Je ne bégayais jamais en présence de ma logopède car je m'y sentais très écoutée et en sécurité.

Ensuite, vers 14 ans, j'ai fait une seule séance de kinésiologie (où j'ai pu parler de mes traumatismes, mort d'un père dans l'enfance puis d'un grand-père), et j'en suis ressortie très légère... Je n'ai plus jamais bégayé.

J'ai l'impression que cela peut se déclarer si l'entourage n'est pas assez à l'écoute de nous. Le pire c'est que plus on bégaie, moins on se sentira écouté car on ressent très fort que les gens s'impatientent que vous terminiez votre phrase!

Lorsque je suis très stressée, il m'arrive de "manger" mes mots, mais c'est comme tout un chacun. Personne ne pourrait voir que j'ai eu de tels troubles du langage. Je n'y voyais pas la fin et je voudrais que mon témoignage serve aux personnes qui en souffrent et qui pensent que l'on ne s'en défait jamais.
juju1141@hotmail.com

Laurent L. a dit…

@Juju : merci beaucoup pour ton témoignage. 10 ans, c'est relativement tard pour l'arrivée du bégaiement, il y avait en effet peut-être eu un événement déclencheur dans ta vie.
L'opposition entre le bégaiement et le sentiment de légèreté est intéressante. Le bégaiement est ressenti comme une pression, un poids qui pèse sur nos pensées et notre parole. Tu as trouvé une solution pour t'en libérer, comme si tu l'avais sorti et laissé dans le cabinet de ton kinésiologue. Comme quoi, il peut y avoir des parcours longs mais aussi des déclics. Rassurant !

Wurstie a dit…

Bonjour !

Tout d'abord une petite présentation: je suis un jeune homme de 23 ans et cela fait depuis mes premiers mots que je bégaie. Je n'ai jamais voulu réellement vaincre mon bégaiement ou avoir de contact avec d'autres bègues. J'explique ça en partie de par le fait que je ne voulais pas considérer mon bégaiement comme un handicap ou comme une chose qui me rend anormal...

Je dois aimer les challenges ou avoir un esprit de contradiction, car je suis passionné par les langues et c'est naturellement que je me suis orienté dans des études de langue (référence au post de de David !).

Tout juste diplômé, je me retrouve sur le marché de l'emploi et c'est maintenant que je réalise que mon bégaiement est un véritable frein. Aujourd'hui même j'ai téléphoné à un employeur (je pense que le téléphone est pour la plupart des bègues une souffrance...) pour confirmer un horaire d'entretien. Tombant sur sa messagerie, j'ai dû m'y reprendre à près de 10 fois pour laisser un message décent... Je crois que cela ne m'était jamais arrivé de bégayer autant !

J'ai donc décidé de vaincre mon bégaiement, qui, je m'en rends compte, interagit sur beaucoup de facettes de ma vie ou de ma personnalité. Je viens de découvrir votre blog et ma foi, il m'a l'air bien intéressant !! Alors un grand merci, et à bientôt, car je risque maintenant de vous lire souvent !

Si quelqu'un a envie de discuter, me donner des conseils, partager ses expériences ou je ne sais quoi...: pe_moron@hotmail.fr

Laurent L. a dit…

Bonjour Wurstie,
Merci pour ton message. L'entrée dans la vie active constitue en effet souvent un déclic pour agir sur son bégaiement. En tous cas, bravo d'avoir choisi de faire ce qui te plaisait. Si tu ne les as pas lus je te renvoie sur deux articles du blog , un sur le téléphone et un sur les entretiens d'embauche. A bientôt.

ana a dit…

J'ajouterai également que ton blog est aussi super pour les ortho...ça donne des pistes de réflexion différentes de ce qu'on trouve ailleurs! et des références biblio...
Je compte bien continuer à en parler!

Laurent L. a dit…

@Ana : surtout n'hésite pas à continuer à en parler ! Ton commentaire me fait chaud au coeur et me redonne un petit coup de boost ! Je m'interroge parfois pour savoir si je dois continuer ce blog car je manque un peu de feedback... Voilà de quoi me permettre de tenir encore quelques semaines !

David a dit…

Coucou, c'est moi le david du début du commentaire, juste un p'tit coucou pour encore te féliciter pour ta présence quotidienne, pour le contenu de ton site.... pour moi j'ai enfants, femme, job, santé,... et pourtant.... et pourtant ce fameux bégaiement m'écrase de jour en jour, je désespère vraiment de pouvoir parler sans bloquer, je n'y arrive pas mais vraiment pas.... Bises à vous tous et toutes

Laurent L. a dit…

Salut David, ça me fait plaisir d'avoir de tes nouvelles. Grâce à Richard Parent, "la machine à traduire", je vais bientôt pouvoir mettre en ligne une traduction de "self therapy for the stutterer" (une auto-thérapie pour les personnes qui bégaient) de Malcolm Fraser, le fondateur de la Stuttering Foundation of America, un livre référence pour les personnes souhaitant travailler seules sur leur bégaiement. Un nouvel ouvrage de choix pour ma section téléchargement et peut-être une piste intéressante pour toi.

Anonyme a dit…

Bonjour,

excellent site, qui de plus permet la "parole" à ceux qui l'ont difficile !
Articles très intéressants.
Juste pour dire que la guérison n'est pas vraiment complète. Bègue, j'ai tenté par mal d'expérience (psychologue et autres "grigris" de certains proches). Dans mon métier, je suis amené à faire des présentations, voire des conférences. Je bute encore sur quelques mots. Je ne m'en excuse jamais ! Surtout pas !
Je dirai qu'à force d'expériences, d'entraînements, la situation s'améliore grandement. J'ai un ami de collège (qui était exactement dans le même cas que moi) qui n'est pas arrivé à s'améliorer. Il y a vraiment des "efforts" à faire. C'est assez dur.

Je pousse à la persévérance tous ceux et celles qui poursuivent le dépassement de ce dysfonctionnement.

Bernard.

Laurent L. a dit…

Merci Bernard pour ce retour. Je te rejoins sur l'importance de répéter les expériences qui sont autant d'entraînements et de marches vers la "guérison". On fait bien ce que l'on fait souvent ! C'est excellent aussi de ne pas se soucier de ses éventuels accrochages : le perfectionnisme est le grand drame des bègues !

Anonyme a dit…

bon site
il faudrait créer un chat pour les bègues.ce serait bien

Laurent L. a dit…

Tu peux aller sur le forumparoles de bègues

Mario a dit…

Bonjour Laurent,
Je me permets de me présenter, je m'appelle Mario 28 ans et je bégaie depuis l'âge de 11 ans il me semble. J'ai toujours été un enfant timide mais j'adorais lire en classe et faire des exposés. Mais une fois arrivé en cm2, plus moyen de lire sans bloquer, me retrouver devant la classe me térifiait. Je n'ai toujours pas trouver ce qui a déclenché mon bégaiement mais il est vrai que cela m'a gâché bien des années et continue à m'irriter encore maintenant. Je te remercie d'avoir eu ce courage de parler de ce trouble et je remercie les autres de témoigner sur ce sujet que bien souvent nous voulons cacher.

Laurent L. a dit…

Merci Mario pour ton commentaire. J'espère que tu trouveras ici des choses qui t'intéresseront. Bon surf !

Benoît a dit…

Après plusieurs visites sur votre(ton) blog... je me dois au minimum de vous féliciter ;-). Les pistes de réflexion sont très intéressantes... Bonne continuation

Laurent L. a dit…

Merci Benoît pour ton message, c'est très sympa de prendre le temps de laisser un commentaire. Et on peut bien sûr se tutoyer ! Laurent

Anonyme a dit…

salut moi c'est yves j'ai 21ans et je vis en cote d'ivoire et je begaie depuis tout petit et cela a un grands impact sur ma vie .au lycée les gens ne remarquaient mon beggaiment vue que j'etais un eleve brillant mais depuis je suis a l'université c'est devenu grave,je n'ai pratiquent pas d'ami de peur de me retrouver dans des situations bizar lors des discution et lorqu'on parle d'exposé c'est le comble, je ne sais pas si c'est la peur de baigayer qui ma rendu timide a la fac et meme avec le peu d'ami que j'ai lorsque je m'exprime j'ai comme l'impression que ceux ci sont gener a ma place et ce quie fait le plus peur c'est que je fais des etude de medecine et je serai constament en contact avec les gens .depuis que j'ai decouvert votre blog j'ai une lueur d'espoir.merci

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails
Une erreur est survenue dans ce gadget