25 juil. 2010

Gérez votre bégaiement plutôt que de laisser votre bégaiement vous diriger

Voici un nouveau chapitre du livre « conseils pour ceux qui bégaient » ("advice to those who stutter"). Il a été rédigé par Dorvan H. Breitenfeld (la photo à gauche c'est lui pas Lionel Jospin...), un spécialiste renommé du bégaiement aux Etats-Unis.

Durant sa carrière universitaire et professionnelle de spécialiste des troubles de la parole, il a formé plus de 1 000 étudiants en orthophonie, supervisé plus de 900 praticiens dans des programmes de thérapie intensive et travaillé avec plus de 600 bègues. Il a mis au point un « Programme de gestion réussie du bégaiement » qui est décliné sous forme d'ateliers de travail aux Etats-Unis, bien sûr, mais aussi en Allemagne ou en Argentine.

Ce programme est basé sur les principes thérapeutiques élaborés par Charles Van Riper : acceptation (de son bégaiement), désensibilisation (en s'exposant et en affrontant ses peurs), identification (de ce que nous faisons lorsque nous bégayons), modification (techniques de correction des blocages) et stabilisation. L'objectif de ce type de thérapie n'est pas d'éliminer le bégaiement mais de le modifier afin qu'il devienne plus acceptable et demande moins d'efforts à la personne bègue. Le titre du chapitre résume bien la philosophie de cette approche : "Gérez votre bégaiement plutôt que de laisser votre bégaiement vous diriger".

Dorvan présente ici ces différentes étapes et vous livre au passage deux techniques de correction des blocages : la prolongation et le « pull-out». Il présente aussi sa technique du « comptage » qui permet d'identifier quand nous bégayons. Cette dernière me laisse un peu dubitatif sur sa facilité de mise en pratique dans la «vraie vie». Si des orthophonistes ou lecteurs bègues l'ont utilisé, je suis preneur des retours.

Dorvan déclare toujours bégayer de temps en temps mais il ne s'en est jamais caché et a compris depuis longtemps que le bégaiement serait un compagnon de longe durée qu'il fallait accepter mais qui ne pouvait pas nous empêcher d'avoir une vie réussie et bien remplie. Pour illustrer cela, je reprends cette déclaration qu'il a faite en 2003 où il explique en quoi le bégaiement a finalement été une «chance» pour lui :

«Lorsque je regarde en arrière les presque ¾ de siècle de mon odyssée, je me demande souvent ce qu'aurait été ma vie si je n'avais pas été bègue. J'aurais très probablement repris la ferme familiale, été beaucoup plus riche financièrement parlant, mais beaucoup beaucoup plus pauvre en terme de contacts humains, d'expériences, de satisfaction personnelle et d'épanouissement. C'est gratifiant au delà des mots de réaliser que j'ai apporté ma petite contribution pour améliorer la qualité de vie des bègues. La communauté du bégaiement a été et a fait ma vie.»

En espérant que sa "petite" contribution vous sera aussi utile.

Bonne lecture (le chapitre commence page 5 du document).

Laurent

Téléchargez gratuitement le début de traduction de "Conseils pour ceux qui bégaient" avec le chapitre 2 "Gérez votre bégaiement plutôt que de laisser votre bégaiement vous diriger"

2 commentaires:

Pauline D. a dit…

Bonjour,
Merci pour ce début de traduction très intéressante, que j'ai pris soin de lire dans son entièreté! :)

Laurent L. a dit…

Merci Pauline ! Ravi de voir que tu suis toujours le blog.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails
Une erreur est survenue dans ce gadget