24 juil. 2009

Coup de gueule : les vidéos avant/après

Si vous surfez sur le web à la recherche d’une solution pour vous débarrasser de votre bégaiement, vous serez peut-être impressionné par certaines vidéos « avant/après » mises en ligne pour démontrer l’efficacité d’une méthode. Les anglo-saxons sont les champions pour ce genre de pratique (cela fait partie du package marketing avec le satisfait ou remboursé et le témoignage de reconnaissance, écrit et invérifiable, de plusieurs personnes à travers le monde). En France, les reportages télévisés sur les stages anti-bégaiement sont souvent construits sur le même scénario.

Le principe est simple : le bègue est filmé et interviewé avant son stage pour qu’il puisse montrer comme il sait bien bégayer et combien il souffre. Pour cela, invariablement, on lui demande d’aller chez le boulanger (en Allemagne, on doit lui demander d’aller chez le charcutier) et on refait la prise jusqu’à ce que le bégaiement soit bien caricatural. A noter qu’il tombe toujours sur une boulangère hyper sympa et souriante qui attend patiemment qu’il ait fini son numéro.

Ensuite, entrée en scène du Grand Guru Qui a Vaincu le Bégaiement, j’ai nommé Johnny Costard (vous remarquerez, ils sont toujours en costard cravate, le côté VRP peut-être…), qui explique vaguement sa méthode (pas trop non plus, faut quand même pas déconner, y’ pas écrit Abbé Pierre sur son front)... Et en fin de stage, tel un ours (ou un panda…) savant, on demande au bègue de repasser devant la caméra pour montrer combien il a progressé. Et là, ô miracle, mes biens chers frères, mes biens chères sœurs, reprenez avec moi tous en chœur : « il est guéri ! ». Il parle presque sans accroc grâce à la méthode révolutionnaire de l’évangéliste Johnny Costard, ancien bègue et bientôt nouveau riche. Le bègue pleure, sa maman pleure, la ménagère de moins de 50 ans pleure…

Aaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhh (rugissement de panda en colère) !!!
Même si cette amélioration est spectaculaire, elle n’a absolument rien d’étonnant !

Le premier jour, vous arrivez déprimé par votre bégaiement et il vous est demandé de vous présenter face caméra (horreur) devant des personnes que vous ne connaissez pas ! Situation nouvelle + caméra + auditoire d’inconnus : l’arme fatale pour abattre un bègue ! Vous êtes hanté par des croyances négatives qui exacerbent le bégaiement : « je suis bègue et je suis incapable de parler en public. Je vais me planter, c’est sûr. En plus, je suis devant des personnes qui ne me connaissent pas et elles vont me juger. Je vais me coller la honte si j’ai des blocages trop prononcés. Les anciens bègues qui animent le stage vont voir que je n’arrive pas à me contrôler alors que eux ont réussi. Et puis, je ne sais pas trop ce qui m’attend dans ce stage. »
Bref, vous êtes dans la rétractation et la tension.

Le dernier jour, au contraire, vous connaissez tout le monde, vous êtes porté par la dynamique du stage et vous appliquez consciencieusement une méthode que vous n’avez pas encore mis à l’épreuve de la vie réelle !
Vous êtes porté par des croyances positives : « j’ai une méthode qui me permet de parler correctement, j’ai progressé durant le stage et les gens autour de moi m’ont montré qu’ils la pratiquaient avec succès. Je ne vais pas hésiter à l’utiliser et j’ai confiance. Et puis, je suis entouré de gens que je connais, avec qui j’ai sympathisé et qui auront une écoute bienveillante. » Vous avez confiance dans votre parole et dans votre auditoire et vous êtes dans l’ouverture et la décontraction.

Il y a aussi une manipulation psychologique : au début, on vous installe devant la vidéo pour évaluer votre bégaiement. A la fin, on vous demande de montrer que vous parlez « normalement ». Vous avouerez que la mise en condition est bien différente !
Comme disait mon professeur de statistiques à l’université : « y’a comme un biais ! ».

Mais lorsque vous sortirez du stage, retrouverez-vous cet environnement favorable et cet état de confiance et oserez vous mettre en œuvre les techniques apprises ? Vous serez seul pour affronter des situations de prise de parole. Si elles sont particulièrement stressantes, vous retrouverez vos anciens réflexes et vous n’oserez pas appliquer votre nouvelle méthode ou vous n’aurez pas la prise de distance nécessaire pour le faire. Ces micro-échecs vont peu à peu effriter votre confiance et vous allez redescendre de votre nuage. Vous vous croyiez sauvé et vous voilà revenu à votre point de départ. Sauf que vous êtes encore plus mal qu’avant car vous avez chuté de toute la hauteur des espoirs donnés par le stage. Cerise sur le gâteau, vous n’êtes plus seulement un bègue mais un bègue nul, incapable de s’en sortir alors que d’autres le font brillamment grâce à la méthode Costard.

Méfiance, donc… Ce n’est pas parce qu’il y a des vendeurs de miracles que les miracles existent…

Certaines méthodes peuvent vous aider (cf mon post sur Impocco) mais elles ne sont pas universelles et vous demanderont rigueur et persévérance. Il est important de le savoir avant de s’y engager.

Surmonter un bégaiement durablement ancré est un long voyage. On peut choisir de le faire seul ou accompagné, mais pas sur un week-end de trois jours.

1 commentaire:

Olivier a dit…

Excellent post ! :-)

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails
Une erreur est survenue dans ce gadget